Le Kaki

kaki

Les origines du palqueminier sont chinoises où il passe à l’état spontanné, il est introduit au Japon depuis plus d’un millénaire.

Le kaki, ce fruit charnu est utilisé par les Japonais pour fêter le nouvel an.
Le palqueminier est l’arbre le plus cultivé en Extérieurement, il est importé en Occident au XIXème siècle, on le trouve sur le pourtour du bassin méditerranéen : Italie, Espagne, Israël, Afrique du Nord, Midi de la France, il est maintenant répandu dans toutes les régions tropicales et subtropicales du globe.

Le plaqueminier, dont la floraison est tardive ne craint pas les gelées printanières.
C’est un arbre de grande productivité de 100 à 150 kilogrammes de fruits par arbre.

Le kaki, fruit du plaqueminier, ressemble à une tomate qui contient 4 à 8 pépins.
Sa couleur peut aller du jaune, de l’orange au rouge.
Le kaki est très chargé en tanin, il est immangeable car trop âpre, le goût se modifie au fur et à mesure de sa maturité.

Le kaki a une peau lisse, fine, brillante et indigeste. Très mûr, il prend son arrière-goût astringent. Sa chair ressemble à une gelée dont la saveur est douce et sucrée.
Lorsque le fruit est à maturité, il faut le consommer très vite. Mûr, il est très fragile et devient difficilement transportable.

Le kaki contient de la provitamine A, de la vitamine C et des sels minéraux.
Riche en glucides, 17%, il possède ainsi des fibres dont de la pectine, ce qui facilite le transit intestinal.

On peut le transformer en confitures ou en marmelades. Il a, alors, le goût de l’abricot; en eau-de-vie ou en sirop.

Au Japon il est séché et dégusté comme condiment et entre dans la préparation de chutneys.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *