Les compotes de fruits

compotes fruits

En début d’année, il n’est pas toujours facile de manger des fruits frais. Pour varier des sempiternelles oranges et clémentines de l’hiver, ayez recours aux compotes de fruits.

De par leur texture, les compotes de fruits ont le mérite de convenir à tous, des bébés aux personnes âgées. Véritable atout pour la santé, elles apportent des fibres, de la vitamine C et peu de calories (jamais plus de 100 Cal pour 100 g). La plupart de celles que l’on trouve dans le commerce sont réalisées à base de pommes. Pourquoi ? Par tradition d’abord, par souci d’économie ensuite. Peu onéreuses, ces fruits se prêtent très bien à la confection de compotes, à la différence des confitures. Nature, la compote de pommes est réalisée à partir de multiples variétés très parfumées.

Mélangée, la compote se décline dans toutes les variétés de fruits possibles : banane, fraise, poire, cerise, rhubarbe… Les compotes de fruits sans pommes sont plus chères car elles utilisent des produits qui nécessitent davantage de manipulation (dénoyautage des cerises).

Présentée en conserve, la compote se garde plus d’un an. Cependant, elle contient parfois un additif ou un sirop de glucose qui altère son goût. C’est pourquoi ce type de produit bon marché est meilleur dégusté dans des pâtisseries (tarte, chausson, charlotte…) que nature. Vendue au rayon épicerie en pack de quatre barquettes, elle se conserve, grâce à la pasteurisation qu’elle a subi, plusieurs mois dans le placard. Souvent enrichie en vitamine C, la compote devient un goûter très équilibré, une fois agrémentée de fromage blanc et accompagnée de biscuits secs.

Les plus gastronomes préfèreront les versions vendues au rayon frais des magasins. Réalisées à partir de fruits épluchés mécaniquement, elles ont plus de goût, et leur couleur avoisine celle d’une compote « maison ». Pour les amateurs de produits diététiques ou bio, de nombreuses marques proposent des compotes à base de fruits issus de l’agriculture biologique…

La compote de fruit répond à une législation précise. Elle doit contenir un minimum de 24 % de sucres totaux (le sucre des fruits, plus celui ajouté). Sinon, il s’agit plutôt d’un “dessert de fruits”. Le terme “compotée” indique au consommateur qu’un dessert de fruits contient de vrais morceaux », précise Mr Bessière, chargé du service qualité chez Andros. Et cette fois, on est finalement pas si loin de la compote « maison » de notre grand-mère…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *